Yoga

Comprendre son corps : mobilité vs. fléxibilité

“Le yoga ce n’est pas fait pour moi, je ne suis pas assez souple.”

Ça, c’est LA phrase que chaque prof de yoga a déjà entendu au moins une fois dans sa vie. 🤪

La souplesse, ça se travaille, à force de répétition et discipline, certes. Les muscles et les tissus conjonctifs peuvent s’assouplir grâce une conjonction d’étirements actifs et passifs, c’est certain.

L’invitation ici est plutôt d’apprendre à connaître son corps et l’écouter. Nous naissons tous avec des prédispositions physiques et c’est là qu’on distingue la flexibilité à la mobilité.

La flexibilité se concentre davantage sur l’étirement et l’extension des muscles et des tissus conjonctifs. C’est la capacité des muscles et des tissus à s’étirer et à revenir à une longueur “normale”.

La mobilité, c’est la capacité d’une articulation à se déplacer à travers une amplitude de mouvement spécifique. La mobilité peut être affectée par divers facteurs, tels que la force musculaire, la stabilité articulaire, et d’autres composantes physiques innés.

On parle alors de “range of motion” : la mesure ou la limite dans laquelle une partie du corps peut être déplacée autour d’une articulation ou d’un point fixe ; l’ensemble des mouvements qu’une articulation est capable d’effectuer. Et comme on le sait peut-être déjà : tous les corps ne sont pas faits pareils, de la même façon que notre côté gauche du corps n’est pas identique à la partie droite du corps !

Certaines personnes sont plus grandes que d’autres, ou bien, elles ont des bras ou des jambes plus longues ou plus courtes… De la même façon, nos articulations peuvent avoir des variations de formes et de positionnement, ce qui expliquera, par exemple, que certaines personnes auront une ouverture de hanche plus ou moins grande.

Source : https://my.clevelandclinic.org/health/body/24675-hip-joint

Un autre exemple serait les personnes nées avec de l’hypermobilité. L’hypermobilité est une condition dans laquelle les articulations d’une personne ont une amplitude de mouvement excessive, généralement causée par des variations génétiques qui affectent la structure des tissus conjonctifs, comme le collagène, pouvant résulter en une laxité articulaire accrue.

C’est pourquoi, il faut apprendre à connaitre son corps, comment il bouge dans l’espace, explorer ses capacités et surtout, surtout, ne pas se comparer aux autres. Vous êtes le/la seule à vivre les sensation de votre corps.

Dans tous les cas, pour revenir à l’aspect de la souplesse, oui, elle se travaille ! Idéalement, une combinaison adéquate de mobilité et de souplesse contribue à un mouvement corporel efficace, équilibré et prévient les blessures. Mais l’invitation ici est plutôt d’explorer et d’appendre à connaitre son corps grâce à la pratique du yoga, loin de la performance. Iyengar l’avait parfaitement exemplifié, le yoga s’adapte à tous les corps et ce n’est pas le corps qui s’adapte à la pratique du yoga.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *